Les infos qu'il ne fallait pas rater...


Blog www.joyce-reves.com


Traduire cette page :  de  








Les archives sont ici: cliquez sur le lien
Archives 1

Archives 2





L'autre site indispensable


 



Les rêves lucides

vendredi 24 novembre 2017, 10:37
Nous ne sommes habituellement pas conscients durant nos rêves. Nous n'avons donc accès à leur contenu qu'après-coup, à notre réveil. Cependant, il arrive que des personnes soient conscientes alors même qu'elles sont en train de rêver: on parle de rêve lucide. Les sondages montrent que la grande majorité de la population rapporte avoir vécu une telle expérience au moins une fois dans sa vie. Nous savons également qu'environ une personne sur cinq en fait l'expérience chaque mois. Les rêves lucides ont généralement des conséquences positives même s'ils peuvent s'avérer troublants quand le vécu onirique est cauchemardesque.
La lucidité durant le rêve n'est pas toujours de même intensité: dans le meilleur des cas les rêveurs lucides se disent en pleine possession de leurs facultés cognitives. Ils rapportent alors être en mesure de raisonner clairement et de modifier le contenu onirique. Mais il arrive plus fréquemment que la lucidité ne soit que partielle et ne dure que sur un temps du rêve.
Les rêves lucides se produisent tardivement dans le cycle du sommeil et presque exclusivement durant le sommeil paradoxal. La méditation et les psychothérapies sont connues pour faciliter leur apparition. Il existe même différentes techniques censées augmenter leur fréquence. La pratique assidue de certaines de ces techniques permettrait à des sujets ayant un bon rappel onirique de bien maîtriser leur lucidité.
Les progrès des neurosciences ont contribué à ce que le rêve lucide soit reconnu comme un phénomène normal, bien que rare, du sommeil paradoxal. Des études en laboratoire ont permis de marquer le moment exact durant lequel le rêve lucide a lieu. Des rêveurs lucides entraînés se sont en effet montrés capables de communiquer à travers un signal convenu à l'avance, durant leur rêve, marquant ainsi l'instant où ils devenaient lucides.
L'expérience de rêve lucide n'est pas en elle-même une expérience exceptionnelle mais il arrive qu'elle soit associée à des perceptions psi. En outre, les personnes qui vivent des expériences exceptionnelles rapportent davantage de rêves lucides que la population générale. Des études sont en cours pour mieux saisir les mécanismes neurologiques qui leur sont associés.
Références
LaBerge, S. (1985/1991). Le rêve lucide. Paris: Oniros.
LaBerge, S., & Gackenbach, J. (2000). Lucid dreaming. In Cardeña, E., Lynn, S., & Krippner, S. (Eds.), Varieties of anomalous experience: Examining the scientific evidence (pp. 151-182). Washington, DC: American Psychological Association.

Ma rétrocognition? ce n'est pas une imposture, la preuve!

vendredi 18 août 2017, 11:01
Jung, la synchronicité, les archétypes de la psyché; des expériences inédites de voyance dans les rêves.
La rétrovision ou rétrocognition ou encore postcognition est un terme du vocabulaire paranormal désignant une perception extra-sensorielle (métagnomie) du passé.
Je suis donc une de ces très rares personnes pouvant relater -et avec une grande précision de détails- des faits passés impossibles à connaître selon les voies ordinaires.
J'ai cherché sur internet et j'ai bien ri en lisant certains textes: ceux qui en parlent le plus n'y connaissent rien, mais alors-là, RIEN!
En psychanalyse, Jung a fait beaucoup de recherches dans ces domaines; On lui doit, entre autres, les concepts d'"inconscient collectif", d'"archétypes", d'"individuation", de "types psychologiques", de "complexe", d'"imagination active", de "déterminisme psychique" et donc, de synchronicité. En travaillant sur les archétype et en étudiant les phénomènes de coïncidences sans cause logique, ce qu'il nomme la " synchronicité (dans La synchronicité comme principe d'enchaînement a-causal (1952), il émet l'idée que l'inconscient a une nature "psychoïde", "Comme l'âme" ou "quasi psychique". L'inconscient collectif et les archétypes échappent ainsi à la représentation, au contraire des manifestations psychiques connues et certains phénomènes limites laissent ainsi à penser que les matériaux collectifs, via une transgression des limites matière-psychique, peuvent prendre forme, comme dans les coïncidences, la télépathie ou les manifestations fantomatiques. Jung en vient à former un nouveau terme pour décrire cette réalité autre: l'"unus mundus" (en latin: l'"unité du monde"). Il s'agit du domaine où la conjonction du psychique et du physique a lieu, expliquant par conséquent que "tous les différents plans de l'existence sont liés".
Il diffère en cela de Freud qui a refusé -dès le début- l'idée d'un inconscient collectif, même s'il reconnaît la récurrence de motifs symboliques à travers l'histoire et l'espace qu'il nomme les "fantasmes originaires".
Dans la psychologie analytique qu'il a développée, la synchronicité est l'occurrence simultanée d'au moins deux événements qui ne présentent pas de lien de causalité, mais dont l'association prend un sens pour la personne qui les perçoit. Cette notion s'articule avec d'autres notions de la psychologie jungienne, comme ceux d'archétype et d'inconscient collectif.
La notion de synchronicité se distingue clairement de ces notions cependant. Sur le plan de l'expérience, la rencontre avec un événement synchronistique, à la différence de la rencontre avec un archétype ou une autre manifestation de l'inconscient collectif, a un tel degré de signifiance pour la personne, mais surtout apparaît d'une manière si fortuite et choquante pour le sens commun (malgré le sens qu'il revêt, ou à cause du sens qu'il revêt, pourrait-on tout autant dire), que la personne s'en trouve transformée.
Si les synchronicités ont un sens et que le temps est une illusion nécessaire à notre expérience dans la matière, alors il doit être possible de les utiliser à notre avantage, voire de les provoquer. Etonnamment (ou pas) on trouve cette approche à la fois dans les pratiques pré-civilisationnelles de certains courants du chamanisme et dans les réflexions de pointe de la physique contemporaine.
Et pour cause, pourrait-on dire, car les deux s'appuient sur le même concept: la rétro-causalité. L'idée que le futur ait une certaine "solidité", sous forme de potentialité ou de réalité psychique, et soit capable d'agir sur le présent n'est en effet pas nouvelle et les chamanes ont toujours su en tirer profit, notamment par l'intermédiaire des rêves.
Sur le plan théorique, les synchronicités (si du moins on en accepte l'existence) remplissent un tel rôle. Elles posent un défi à la notion de causalité telle qu'on l'entend habituellement et à l'idée du monde et de la place du sujet dans celui-ci (dans l'Occident moderne à tout le moins). Jung tentera de comprendre ce phénomène en dialoguant avec, notamment, Wolfgang Pauli, un physicien aux prises avec des paradoxes semblables à l'échelle subatomique, ainsi qu'en étudiant de nombreuses pratiques traditionnelles violant également le principe de causalité.
Les "visions" et des manifestations synchroniques surviennent, porteuses d'enseignements utiles à notre évolution et à celle de la connaissance destinée à être partagée par les membres de notre espèce.
Ces visions et manifestations sont à l'image de la nature du cerveau droit. C'est-à-dire qu'elles ne possèdent aucune limite spatio-temporelle et qu'elles peuvent surgir, par exemple, d'un passé lointain... D'autres témoignent être en relation avec des êtres venus du futur et même de plusieurs futurs possibles... Et bien, j'ai entendu un physicien déclarer en juin 2017, que les études scientifiques actuelles se concentrent sur la recherche des “Terre“ parallèles: cela est-il possible croyez-vous? Mais, où en sommes-nous sur l'échelle de notre évolution pour prétendre qu'une chose est possible et l'autre pas?
Les fréquences que nous percevons par le biais de nos sens, nous donnent de l'information sur le monde qui nous entoure et de ce fait, toujours dans ces mêmes limites; elles nous informent également sur notre nature d'êtres humains et le degré d'évolution. Cela signifie que ce que nous percevons du monde et de l'univers qui nous entoure, provient de Notre Propre Vibration, de Notre propre fréquence vibratoire (j'ai mis en majuscule pour que vous aperceviez à quel point chaque être est unique… et où est la réincarnation dans tout cela? celle que les charlatans veulent faire accroire en vous racontez que vous étiez une princesse indienne ou la servante de Cléopâtre (tandis que la charlatane se garde pour elle d'être la réincarnation de cette reine d'Egypte –je dis cela pour une fumiste toulousaine qui doit bien savoir qu'elle est escroc).
Nous portons à la "réalité" qui nous semble extérieure, les limites ou les ouvertures de notre monde intérieur. Ni plus ni moins et cela évolue uniquement selon l'augmentation des nos découvertes ou recherches. Disons donc que le monde -tel que nous le percevons- est le résultat de notre propre création. Cela semble presque impensable. Effectivement, quelque part, nous portons à la "réalité" nos enfers et nos paradis intérieurs. D'où l'expression que les yeux sont le miroir de l'âme…. Ici, cette phrase de Gandhi prend tout son sens: "Soyez -vous-même- le changement que vous souhaitez pour le monde".
Pour Hubert Reeves, astrophysicien, le "plan acausal sous-jacent à l'existence des lois de la nature [...] serait celui où s'inscrirait la question du "sens" ou de l'"intention" dans la nature [et où] la conscience de l'homme [s'inscrirait] dans son évolution"; les événements synchronistiques seraient significatifs de l'unité de l'univers, et la notion de synchronicité serait de ces intuitions exprimées par des balbutiements maladroits parce que "les mots mêmes nous font défaut".
Pouvons-nous influencer notre vie en utilisant les synchronicités, en les appelants, voire en les provoquant? Oui, d'après des pratiques chamaniques venues du fond des âges et des personnes qui pensent “autrement“, comme moi!!! mais aussi selon la physique moderne! Et si le futur pouvait être connecté? Et bien, changez “connection“ par le mot “voyance“ et alors les septiques et autres scientifiques rigolards au seul mot “parapsychologie“ vont se mordre les lèvres!!!
Dans la culture aborigène d'Australie, la notion de rêve est centrale et c'est la cinquième dimension a sa propre temporalité. L'anthropologue québécoise Sylvie Poirier explique que les Aborigènes vivent la continuité du "rêve ancestral", qui désigne le temps de la création, avec le rêve individuel : " Les rêves sont l'espace-temps privilégié de communication entre les humains et les Anciens, les humains et les esprits des morts. 
"Le rêve est un voyage de l'âme, il est actif et "représente une forme d'engagement", comme l'écrit de son côté Robert Moss, créateur du rêve actif: "On peut décider de l'endroit où on a envie d'aller et y aller consciemment“. 
Sylvie Poirier souligne que les Aborigènes distinguent les "rêves ombres", les moins importants et dont on se souvient à peine, et les rêves "porteurs d'un message", "ceux qui présagent d'un événement à venir ou confirment un événement déjà survenu. […] Les rêves peuvent aussi annoncer la visite d'un parent ou d'un étranger ; d'autres présagent d'un malheur prochain […] ; d'autres rêves avertissent d'événements déjà survenus dans une autre région mais dont la communauté du rêveur ne sera informée qu'après que le rêve se soit produit (1)…"
Le rêve oriente finalement les activités liées aux rencontres, à la chasse et à la cueillette, aux maladies, aux conflits, etc. Ce que l'Occidental nomme synchronicité est donc dans cette culture la marque de l'irruption constante du " temps du rêve " dans le temps ordinaire car, note Sylvie Poirier, " l'univers aborigène est un univers ‘‘où tout fait signe'', ou pour reprendre l'expression de Foucault (1966), un univers où les signes font partie des choses; les signes n'y sont donc pas des modes de représentation, ils sont des manifestations. Toute manifestation est potentiellement signifiante“. 
Un univers où les signes font partie des choses, une sorte de puzzle temporel
En étudiant l'initiation des chamanes Shipibo-Conibo d'Amazonie péruvienne, l'ethnobotaniste Romuald Leterrier a de son côté découvert "une forme de cognition rétroactive avec des échanges d'information à rebours dans le temps, du futur vers le passé". Là aussi, les chamanes utilisent différentes formes de conscience et donnent la même importance à l'état de veille, au rêve et à "l'expérience visionnaire provoquée par l'absorption de plantes psychoactives comme dans la préparation ayahuasca", explique-t-il.
Mieux, le chamane met en œuvre une logique dynamique d'échanges d'information entre rêves, conscience de veille et visions, et l'expérience initiatique se structure comme un puzzle temporel dans lequel les informations disparates et chaotiques du début de l'expérience prennent du sens dans le futur de l'initiation. "C'est à rebours du temps, par le biais de la rétrocognition, que l'initié non seulement comprend le sens de ses rêves, de ses visions et des synchronicités, mais est aussi susceptible, par l'effet des prises de conscience et de l'intention, de produire à rebours les synchronicités qui vont avoir un rôle d'attracteur et d'organisateur", souligne Romuald Leterrier.
Lors d'un séjour chez les Shipibo, un chamane métis, Ernesto, lui apprend qu'il existe une façon de contrôler ses rêves à partir du futur, sur la base d'un travail de mémoire qui consiste à "se souvenir du futur". Et de lui livrer l'exemple suivant: "Disons que tu as rêvé cette nuit d'un homme habillé en blanc qui te donnait de l'argent. […] Trois semaines plus tard, tu vas à ta banque et l'employé au guichet est habillé en costume blanc. Surpris, tu repenses à ton rêve. C'est cette énergie, ce frisson de la surprise qui parcourt ton corps et ton esprit qui, lorsque tu te souviens de ton rêve, lui donne sa forme et son contenu trois semaines en arrière dans le passé“.
Une science de la surprise
Là où d'autres n'y verraient qu'une forme de superstition, Romuald Leterrier a au contraire entrepris de mettre à l'épreuve cette modélisation des rêves par la rétrocognition, "le réel étant aussi souple que le rêve", selon Ernesto. Il s'agit en fait d'entraîner sa conscience extratemporelle selon une véritable "science de la surprise". "Il est important de bien mémoriser ses rêves et d'avoir ensuite une forme d'attention flottante, détachée, précise-t-il. L'effet de surprise provoqué par ce type de synchronicités active notre conscience extratemporelle qui influence le hasard.
Nous sommes bien en présence d'une science de la surprise qui crée un acte d'observation et simultanément de création d'un événement. Le constat d'une synchronicité est un acte d'observation faisant intervenir nos sens et notre cognition en lien avec notre mémoire, mais aussi notre intelligence du cœur ou émotionnelle en provoquant dans notre organisme une cascade d'émotions qui nous amène presque à l'euphorie. Une bonne synchronicité provoque toujours de la joie et un sourire qui unifie l'observation, le mental, le cœur, et l'esprit“.  Le réel étant aussi souple que le rêve
En 2013, il met au point son premier protocole d'expérimentation pour créer des synchronicités, en s'inspirant de dispositifs divinatoires anciens tels que le Yi-Jing ou la cartomancie. Deux éléments sélectionnés "au hasard" sortent: l'animal rat et l'archétype cristal. Quelques heures plus tard, alors qu'il zappe devant sa télévision, un rat géant au dos recouvert de cristaux de quartz apparaît sur son écran!
Un second tirage effectué un mois plus tard donne le singe associé à la chauve-souris. Le lendemain, Romuald Leterrier se trouve dans un magasin de vêtements et remarque, côte à côte, un pull au motif de chauve-souris avec des perles de cristal et un autre figurant un singe…
À raison d'une expérience tous les deux mois, les synchronicités continuent de se manifester tout en se complexifiant et "en développant des condensations d'information par résonance entre elles" , observe-t-il. L'archétype cristal reste présent, comme un "ciment psychique et physique"  ; or il est le symbole d'une matière informée par l'esprit.
"Pensée magique, animisme, névrose obsessionnelle… ", Freud ne nous a-t-il pas libérés de toutes ces fadaises? Et pourtant, la physique moderne vient en renfort de cette lecture rétro-causale avec les propositions iconoclastes du physicien Philippe Guillemant, qu'il a -lui aussi- testées en maintes occasions et qui l'amènent aujourd'hui à affirmer: "Nos intentions causent des effets dans le futur qui deviennent les futures causes d'un effet dans le présent“. 
Le concept de rétro-causalité en physique a été défendu en son temps par Olivier Costa de Beauregard, ancien directeur de recherche au CNRS, plus ou moins marginalisé pour son soutien à la parapsychologie. Comme le fait observer Philippe Guillemant, cette notion "exigeait un futur déjà déployé, ce qui a longtemps paru impensable, mais c'est aujourd'hui le concept de causalité stricte, avec flèche du temps, qui est largement remis en question".
Ainsi, une vingtaine d'articles ont été publiés dans les actes du Congrès international sur la rétro-causalité quantique qui s'est tenu à San Diego en juin 2011. "Les synchronicités et autres phénomènes extraordinaires nous dévoilent des dimensions intérieures où les lois physiques ne sont défiées qu'en apparence, observe Philippe Guillemant. L'action de la conscience traduit simplement la causalité inverse, la cause finale, qui est liée à l'intention et qui a volontairement été oubliée par la science parce qu'elle s'est construite en opposition aux religions. Cette cause inverse existe déjà dans notre réalité et la seule chose est d'en faire l'expérience. Le temps n'existe pas; la sensation du temps correspond à une vague de densification de la conscience collective qui vient modifier localement la réalité à une ou plusieurs époques simultanées, comme illustré dans le film Cloud Atlas“.
S'appuyant sur une expérience de simulation chaotique avec des boules de billard virtuelles, en cours de publication dans une revue scientifique, Philippe Guillemant en vient à proposer l'existence de six dimensions supplémentaires pour décrire notre futur : trois pour décrire le point par lequel il faut passer pour connaître les conditions finales (la destination), et trois pour décrire le chemin que l'on va prendre. "Pour décrire précisément ce qui se passe dans l'espace-temps, la physique a besoin de six dimensions supplémentaires, comme le propose la théorie des cordes, mais sans savoir à quoi elles servent", conclut-il.
Dans le cadre de la théorie de la double causalité qu'il propose, notre présent peut être sous l'influence du passé, comme le sens commun nous pousse à le croire de façon exclusive, mais il peut aussi être sous l'influence de notre futur. Même en restant dans une mécanique déterministe, cette théorie dit que nos lignes temporelles peuvent bouger dans le futur, sous l'effet de nos intentions et de certaines "qualités d'âme", ce qui est la source même des synchronicités. "N'y croyez pas, invite Philippe Guillemant. Testez-la!".

La rétrocognition

dimanche 30 juillet 2017, 08:58
C'est l'art de lire la vie des ancêtres; leur physique, leur caractère, leurs façons d'être, leur profession....
Cette faculté est très rare chez les bons voyant-es...
J'en fais partie....
Ecoutez une rétrocognition sur ma chaîne Youtube
Donnez votre sentiments en appuyant sur Pouce en l'air et abonnez-vous pour connaître mes autres vidéos à venir



NE PAS TOUT MELANGER!

vendredi 3 juin 2016, 08:55

Le cri de colère d'une personne qui s'intéresse aux phénomènes parapsychiques depuis 1973!
Par Mme Josyane JOYCE, voyante professionnelle à Toulouse depuis 1983
www.josyanejoyce.com
https://www.facebook.com/pages/Josyane-Joyce/799863383431240

(Veuillez prendre note que, pour faciliter la lecture, le genre masculin inclut également le genre féminin dans ce document)
“…les cas de personnes en état de mort clinique capables de percevoir ce qui se passe autour d'elles et même à distance, alors que dans les quinze secondes qui suivent un arrêt cardiaque il n'y a plus d'activité électrique du cerveau décelable au niveau de l'électroencéphalogramme. Il faut se poser une question: la conscience peut-elle survivre à la mort de notre cerveau? Et si oui, d'où viennent ces informations que ramènent ceux qui ont vécu des EMI“." dit partout le Docteur Charbonnier (voir les notes précédentes).
Il m'est venu l'idée de chercher des informations sur ce médecin et ho, surprise et tristesse: je vois sur Facebook qu'il fait des conférences en expliquant que la NDE ou EMI est obligatoirement la preuve que la vie existe après la mort.
Non, vous tous qui croyez cela! Non! Il n'y a pas de vie après la mort…. ni paradis quelconque. Il existe ce que les bouddhistes appellent “les anales akashiques“ c'est-à-dire une sorte de mémoire cosmique, de nature éthérique, qui, telle une pellicule sensible, enregistre les événements du monde.
Helena Blavatsk, fondatrice de la Société théosophique nous le dit: Les oracles affirment que l'impression des pensées, des caractères, des hommes, et autres visions divines apparaissent dans l'éther. Les choses qui n'ont point de forme en prennent une et y sont figurées. C'est sur les indestructibles tablettes de la lumière astrale qu'est imprimée la représentation de chaque pensée que nous formons ; de chaque acte que nous accomplissons“.
Les annales akashiques présentent des analogies avec l'inconscient collectif proposé par Jung. L'inconscient collectif  qui vibre et nous rassemble tous (tout être humain vivant actuellement est ayant vécu depuis le début du temps des Hommes) c'est le dépôt constitué par toute l'expérience ancestrale depuis des millions d'années, l'écho des événements de la préhistoire, et chaque siècle y ajoute une quantité infinitésimale de variation et de différenciation. Il existe un inconscient collectif et un inconscient individuel pour chaque individu qui ont vécus ici bas. Il y a constamment interaction entre les deux. Les inconscients individuels sont rangés dans des sacs, des sortes de tiroirs.
Lorsque je conseille à une personne déprimée (qui n'arrive plus à se retrouver et dormir paisiblement), de se coucher en répétant tranquillement en pensée son prénom et son nom de naissance (nom de jeune fille pour les femmes mariées) afin de se relier à sa vibration qui est unique et personnelle et qui existe dans l'espace pour la créer organiquement et “vibrationnellement“ parlant. Je lui explique que la création du monde s'est faite selon deux possibilités qui ne peut heurter la conscience de quiconque:
Si vous croyez en dieu, du point de vue judéo-chrétien, “il n'y avait rien… puis Dieu à dit: que la lumière soit! et elle fut“….
Si vous ne croyez en rien d'autre qu'en la science: il y avait le vide sidéral, sorte de soupe cosmique. Tout à coup, une explosion et les mondes se sont créés.
Que vous choisissiez l'une ou l'autre explication qui vous convient le mieux selon votre nature spirituelle (en dehors de la religion mais en votre nature humaine) convenez que le fait de dire: que la lumière soit! ou qu'une explosion s'est produite, au commencement était le bruit (de la voix de dieu) ou de l'explosion.
A votre naissance, vos parents vous ont donné nom et prénom. Ils sont votre vibration personnelle qui résonne dans l'espace. Tout être a la faculté de vibrer, cette vibration pouvant être reçue et enregistrée dans les annales akashiques. La vibration qui vous relie à l'inconscient collectif ou à ces “annales akashiques“ où sont vivantes toutes les pensées, toutes les émotions, tous les souvenirs de tous les humains qui nous ont précédés. Cette vibration contient aussi individuellement votre vie, vos bonheurs, vos souffrances d'une manière détaillée et précise. Le film de votre vie existe là, dans cet inconscient collectif.
Votre vibration est comme un sac invisible qui plane au dessus de vous et qui se rempli au fur et à mesure de vos pensées et des détails de votre vie. Par VOS émissions de pensées. Car notre cerveau émet des ondes invisibles qui peuvent influencer les autres, soi-même, l'inconscient collectif qui, lui, anime l'humanité. Ces ondes invisibles sont à l'image d'empreintes digitales, chaque cerveau possède les siennes. Lorsque vous décédez, ce sac vibratoire se détache de votre corps éteint et navigue dans l'inconscient collectif. Il en fait parti pour toute l'éternité à la fois individuel et baigné dans l'océan de la vie. Tout est dans l'Un et l'Un est dans Tout.
Seuls ceux qui ont la faculté de se détacher des émotions primaires et des vouloirs matérialistes comme le font certains voyants, peuvent accéder à ces “tiroirs“  et raconter la vie de ceux qui nous ont précédés. S'y trouvent également la vie de ceux qui naitront et vivront dans le futur. Il y a une théorie scientifique pour expliquer cela. Mais, je ne puis l'expliquer, je ne suis pas -du tout- astrophysicienne, je ne suis qu'une modeste voyante ayant la capacité de voyager dans le passé et l'avenir.
Ceux qui, sans le savoir, possèdent une forte télépsychie, mélangent celle-ci avec des messages soi-disant venus de l'au-delà. Etant donné que tous les humains de la terre ont d'incroyables “pouvoirs télépsychiques“ sans le savoir, la plupart du temps, ou sans savoir comment les utiliser et/ou les contrôler, de nombreuses personnes croient recevoir des messages de l'au-delà, de leurs chers disparus et s'aventurent et aventurent d'autres gens sur des chemins et des croyances fallacieuses. Non, les morts ne parlent pas aux vivants.
Et heureusement, sinon, imaginez notre vie quotidienne si les plus de 108 milliards d'humains (Source: Estimations du Population Bureau du recensement des États-Unis - Wikipédia) qui sont déjà passés sur notre planète se mêlaient des affaires des gens ici-bas! (savez-vous que l'on estime que vers l'an 1 de l'ère chrétienne, le nombre total d'êtres humains vivant sur la planète était probablement de 300 millions?).
Et de quels droits seriez-vous meilleurs qu'un autre humain sur cette terre pour avoir un “téléphone“ direct avec d'autres humains décédés qui serait, eux, meilleurs que d'autres décédés? C'est votre chagrin qui vous fait croire cela. Laissez les morts en paix. Et vivez pleinement votre passage ici-bas.
Si vous vous pensez “investis“ d'une mission divine, mettez-là au service des abandonnés, des malades, des personnes handicapées. Et cessez de raconter n'importe quoi pour faire des conférences, des livres, des leçons aux autres: pour qui vous prenez vous?

Imaginez vos rêves colonisés par la pub… C'est peut-être l'avenir!

la pub dans les rêves, c'est possible!
dimanche 6 mars 2016, 15:09
Boîte aux lettres, mobilier urbain, transports en commun, télévision, cinéma, internet, jeux vidéo… La publicité est si omniprésente dans les espaces physiques et virtuels que bon nombre d'humains mémorisent intuitivement et/ou identifient instantanément les logos des grandes marques, leurs packagings, leurs slogans et leurs thèmes musicaux.
Selon James B. Twitchell, professeur de marketing & publicité à l'université de Floride, “la vraie question n'est pas: combien de publicités voyons-nous"? La vraie question est: Qu'est-ce que nous avons à faire pour ne voir aucune publicité. Et la réponse est: aller dormir“.
En effet, nos rêves nocturnes sont le dernier refuge et rempart contre les stratégies invasives de la publicité, toujours en quête de “temps de cerveau disponible“.
Mais qu'adviendrait-il en cas de percée révolutionnaire des neurosciences en général et du neuromarketing en particulier? Dans Branded Dream – The Future Of Advertising, le studio néerlandais StudioSmack imagine des rêves influencés et façonnés par la publicité, notamment par Coca-Cola, pôle position du don d'ubiquité mercatique.
Ce futur conditionnel évoquant peu ou prou le film culte Inception fait carrément frémir…

Comment choisir un-e bon-ne voyant-e?

mardi 16 juin 2015, 08:43
J'aurais souhaité écrire ce texte de façon mixte (voir le titre) mais cela fait trop de parenthèses et de tirés et rend le texte illisible; du coup, même si le masculin l'emporte sur le féminin, je vais mettre ce texte au féminin et que les mecs se débrouillent! quand on est  “exergue meilleure de l'humanité“, on devrait savoir lire la langue écrite des genres “inférieures“.

1) Ne demandez pas à une amie l'adresse de sa voyante….. vous risqueriez d'être irrémédiablement fâchée avec elle si la personne à qui elle vous a adressé n'est pas compétente à vos yeux mais l'est pour elle (cependant, vous pourriez mesurer la hauteur de la réflexion intellectuelle de votre amie! ce qui pourrait vous faire comprendre que cette amie ne vous veut pas de bien!).

2) Surtout, ne faites pas confiance aux forums d'aficionados…. certaines malveillantes, qui sont des amies des escrocs vont vous induire en erreur… si ce n'est, la mauvais professionnelle qui, ainsi, aiguille ses nouvelles proies, vers son téléphone ou son site: prudence! une voyante honnête ne gagne pas autant que cela, elle a du mal à payer pour de la publicité; cherchez bien sur le net, il y a des gens qu'on ne trouve pas facilement sur les moteurs de recherche mais qui pourtant, sont de réels et bons pros.

3) Ne faites pas confiance à cette association appelée INAD qui soi-disant vous propose d'excellentes professionnelles mais qui, en réalité, obligent ces voyantes à payer une forte adhésion pour adhérer à leurs desiderata et qui vous mentent de façon aussi odieuse que leurs précieuses escrocs adhérentes: prudence!

4) Ne tombez pas dans le panneau des sites et des publicités de cabinet (le mot “cabinet“ convient très bien à une association d'escrocs réunis: cabinet, leurs lieux d'aisance!) : prudence!

5) Lisez bien la pub de ces foireuses: elles sont toutes surdouées en amour; elles ont des pouvoirs au dessus de ceux de Dieu: retour de l'homme aimé, chance dans les affaires, retour de la santé… etc à l'infini.
5-1) Quand vous lisez la pub de ces foireuses, évitez de consulter celle qui tire les cartes (la pauvre, elle ne sait pas lire du tout car elle ne sait même pas d'où viennent les cartes qu'elle tient entre ses mains, qui les a inventées, et pourquoi elles sont soi-disant, divinologue!

A ce propos, visitez mon site: www.joyce-voyance.com


vous allez apprendre, vous-même, la tarologie.

5-2) Fuyez celles qui ont tout un tas de support: plusieurs tarots, photos, pendules…. si elles ont besoins de multiples supports, c'est qu'elles n'ont pas confiance en leur voyance, en elles: comment peuvent-elles vous aider si elles ne croient pas en leur voyance?
5-3) Fuyez comme la peste celles qui se parent de titres ronflants: parapsychologue –logue signifie études….. elles n'ont rien étudié du tout, ne comprennent rien à rien et ont de la semoule dans leur cervelle! La voyance est un état d'esprit avec un minimum d'intelligence apportée a cette profession, c'est une profession très difficile qui réclame un comportement moral élevé et beaucoup d'empathie.
Elles peuvent être aussi: cartomancienne, grand professeur, grand marabout, grande spécialiste: quand on est trop grande, on n'a plus les pieds sur terre… (et vous ne votez plus! puisque les politiques ne sont plus en contact avec votre réalité difficile quotidienne!) Voyante vue à la télé: moi aussi, j'ai même eu ma propre émission sur Télé-Toulouse… (et Radio-France Toulouse et des centaines d'autres radios diverses…): vu l'intelligence des journalistes et des animateurs, ce n'est pas sûr qu'elle soit à la hauteur de la réputation que ces médiacrates, copain-cochon, lui font!
5-4) Fuyez la “Grande Voyante Internationale“: et alors, il y a des français un peu partout sur la planète et ils me consultent tout autant que ceux qui sont en France… ça ne fait pas de moi la meilleure des meilleures!
5-5) Dans leur pub, fuyez celles qui vous proposent: retour d'affection ou du bien-aimé, protection contre le mauvais sort, chance d'argent, chance dans les examens…. croyez-moi, si elle était porte-bonheur, elle se servirait en premier et vivrait sous les cocotiers avec des boys et bonnes à ses petits-soins!
5-6) Dans la pub encore: Carte bancaire sécurisée: mon œil! Croyez-moi, la personne malhonnête qui détient un TPE peut vous prendre autant d'argent qu'elle veut et vider votre compte: il n'y a aucune sécurité de quelque nature que ce soit, autre que la tenancière du TPE ne s'autorise: une personne honnête retire uniquement la somme convenue… En cas de trop de problèmes, une banque retira le TPE à l'escroc, mais cela peut prendre des mois…
Je vais -encore plus- vous faire peur: quelques petits malins ont monté des sociétés qui prêtent un TPE à un escroc et donc, votre carte bancaire est soumise à l'escroquerie d'une voyante et d'une société, comment s'en prémunir un peu? s'il s'écoule trop de temps entre le moment où vous avez donné votre numéro de carte et le moment ou la voyante revient vers vous (soit plus d'une minute trente maxi, il faut du temps pour taper tous les chiffres!) après deux minutes trente, méfiance! elle a du faire un autre numéro de téléphone pour avoir la société donneuse de TPE, attendre que l'autre note les chiffres, les tape sur le terminal de paiement et donne son accord… plus c'est long, plus c'est de l'escroquerie).
5-7) Fuyez les voyantes qui tarifient leur prestation à la minute! plus c'est long, plus cela leur rapporte, bien sûr!
5-8) La folle qui délire en parlant avec les anges, les morts et Dieu ou autre religion: pitié, fuyez!

6) Fuyez les plateformes, les sites de cabinet multiples, notamment ceux qui vous disent: nous avons 25, 50,100 professionnels de haut-niveau! Faux, bien sûr, le plus souvent sont recrutés des retraités, des personnes handicapées sans ressources, des femmes à la maison, des étudiants qui vous rabâchent un discours pré-mâché qui n'a rien à voir avec votre problème. Etant donné ce que la plate-forme reverse à ces personnes, je vous certifie que c'est un nouvel esclavagisme; non seulement ils ne touchent pas grand-chose, doivent eux-mêmes (environ 4 € de l'heure, nuit ou jour, dimanche et jours fériées, doivent se mettre auto-entrepreneurs (ce qui donne bonne conscience aux buveurs de sang qui ont monté le site ou le numéro de téléphone bidon); c'est ici qu'a été inventé le terme pub “paiement sécurisé“…. le buveur de sang tient, de main de maître, le Terminal de Paiement (TPE); il est sur, ainsi de bien savoir combien rapporte ses “gagneuses“ et il sécurise son capital d'escroc: numéro de Siret pour l'auto-entrepreneur et paiement sécurisé: grande protection… pour lui, bien sûr!
De plus, il écoute toutes les conversations… et, durant le temps de mise en attente, vous entendez la consultation du client précédent, vous serez sans doute plusieurs à entendre la vie privée des autres: résultat, des oreilles malintentionnées peuvent écouter et voler vos données intimes!

7) Si vous pensez bien avoir filtré les publicités évoquées ci-dessus, encore petits conseils: faites confiance en une voyante qui vous donne son vrai nom, son numéro de Siret, en cherchant sur ce site du gouvernement, ce numéro vous aide à savoir si cette personne est déclarée,

http://www.impots-service.net/x-divers-fiscal/numero-siren-verifiez-limmatriculation-de-vos-correspondants/

qui vous indique qu'elle est professionnelle depuis plus de dix ans! L'ancienneté prouve un peu qu'elle ne change pas de métier comme de chemise!

8) Enfin appelez: faites confiance à la voyante qui, au téléphone, vous répond d'une voix assurée….  qui ne craint pas de vous envoyez bouler si vous avez des propos inquisitoriaux un peu outrageux… (comme je le fais souvent) vous avez été un peu malmenée par des escrocs, d'accord, mais, vous avez au téléphone une personne qui sait ce qu'elle vaut, ce qu'elle fait, qui a de l'expérience: trop de suspicions vont “casser“ l'empathie de voyance…. vous rappellerez bien plus tard pour qu'elle n'aie plus votre voix “dans l'oreille“ sinon, elle sera mauvaise voyante puisque le “fun“ d'empathie sera détruit…


Vers la création de nouveaux sens pour les humains

Cliquez pour agrandir l'image
mardi 7 avril 2015, 11:14
Pour le neuroscientifique David Eagleman, les technologies peuvent élargir les perceptions sensorielles humaines.
Lors de la dernière conférence TED qui s'est tenue du 16 au 20 mars à Vancouver, le neuroscientifique David Eagleman membre du Collège de médecine Baylor (à Houston) est venu présenter ses travaux sur la réparation et l'augmentation des sens. Ce spécialiste de la perception du cerveau est convaincu que les technologies peuvent nous permettre de substituer des sens perdus ou de nous munir de nouveaux sens.
Durant son intervention, il est tout d'abord revenu sur le fonctionnement du cerveau : un formidable outil d'analyse capable d'extraire des informations à partir des données qu'il reçoit et de leur attribuer des significations précises en se basant sur les données déjà stockées dans les neurones.
Le cerveau a pour particularité intéressante de pouvoir décrypter des signaux quelle que soit leur origine (après un entraînement), du fait de sa grande plasticité. C'est notamment le cas des aveugles qui apprennent à lire le Braille, ou qui développent un sens du toucher étendu au fil du temps. Dès lors, il serait a priori possible de fournir au cerveau des données provenant de dispositifs de perception artificiels. Autrement dit, d'offrir à l'être humain des sens radicalement nouveaux !
Pour prouver cette théorie, David Eagleman a lancé un projet de recherche visant à accroître le champ de perception des humains à l'aide d'une veste bourrée de petits nodules motorisés qui convertissent des informations en vibrations : le Versatile extra-sensory transducer (VEST) ou Transducteur de variables extra-sensorielles (en français). Un dispositif de substitution sensorielle qui a d'ailleurs fait l'objet d'une campagne Kickstarter l'année dernière.
L'un des principaux objectifs de cette "veste" est de permettre aux sourds de retrouver l'ouïe sans passer par la chirurgie (implant cochléaire) en convertissant les mots prononcés en vibrations, que le cerveau apprend à décrypter de la même manière que les aveugles apprennent à lire les lettres en braille. Les essais réalisés jusqu'ici montrent que quelques semaines suffisent pour que le porteur commence à maîtriser au moins partiellement le "langage par vibration" .
Cependant, cette technologie prometteuse pourrait à terme aller beaucoup plus loin en passant de la simple substitution des sens à leur augmentation :
Accroître les capacités visuelles des humains en leur permettant de voir en infrarouge ou en ultraviolet, ou en leur offrant une vision à 360 degrés.
Donner la possibilité aux investisseurs de ressentir les fluctuations boursières en temps réel, aux astronautes de connaître l'état de santé de la Station spatiale internationale ou aux soldats de déterminer la position de leurs alliés les plus proches sur le champ de bataille, etc.
Durant la conférence TED, David Eagleman a testé lui-même la veste pour ressentir les conversations Twitter relatives à son intervention en direct : les messages postés par les spectateurs lui ont été transmis sous forme de vibrations dont le motif variait selon le caractère positif ou négatif des mots employés !
Par Aymeric Pontier
Contrepoint.org

Ne faites pas n'importe quoi!

samedi 1 novembre 2014, 11:35
La prochaine fois que vous voudrez ouvrir vos chakras, faites gaffe, il y a des expériences parfois curieuses en ce bas monde !
Par Philippe P.
Le délire c'est bien autre chose et je vous ferai grâce de réécrire ce que j'ai publié voici peu. Mon cher patient avait beau se savoir possédé du fait d'hallucinations cénesthésiques, je savais que tel n'était pas le cas. Déjà il avait passé le test de l'eau bénite avec succès et s'il est bien un truc que redoute le démon, c'est l'eau bénite surtout celle de Lourdes vendue en petites bouteilles à l'effigie de la Vierge Marie avec la tête qui sert de bouchon !
Et puis, il n'était pas non plus schizophrène comme l'affirmait la débile de psychiatre qui le suivait au même moment affirmant la preuve que la sélection en médecine a beau être terrible, ce ne sont pas forcément les plus fins qui sortent diplômés. Or la psychiatrie n'étant pas une spécialité médicale, ce n'est pas un job d'ingénieur, et il faut un peu de finesse, déjà pour entrer en contact avec le patient et enfin pour être sur de son diagnostic. La schizophrénie et les neuroleptiques pour tous est peut-être une facilité thérapeutique mais franchement ce n'est pas du boulot !
Bon, à force de l'interroger patiemment, il a fini par me dire qu'il avait tenté d'ouvrir ses chakras. Parce que c'est !un drôle de numéro mon patient, toujours prompt à suivre les sentiers non balisés de la connaissance, surtout si c'est un peu hermétique.
Il m'a aussi dit qu'il avait ressenti une auréole couronner sa tête ! Alors ça c'est rigolo, parce que d'aura à auréole, il y a peu de lettres en plus et que moi, une aura, ça me fait penser à de l'épilepsie. Et même que ces hallucinations cénesthésiques, ça me ferait diablement penser à une épilepsie temporale. Sauf que si on évoque des hallucinations de ce type au cours de crises d'épilepsie, celles ci ne durent pas six mois. Bref, ça y ressemblait sans vraiment y ressembler.
De toute manière, il n'en avait pas les signes tels que décrits par l'Église, telles que voyance, glossolalie ou psychokinésie. Non, l'explication devait se trouver à mi-chemin
Alors j'ai cherché et j'ai trouvé.  En pratiquant l'ouverture de ses chakras, tout seul comme un grand, sans l'assistance d'un maître confirmé, mon cher patient semblait avoir réveillé Kundalini. Ca parait complètement fou de l'écrire mais c'est la seule explication qui vaille et qui regroupe tous les symptômes qu'il a. J'ai beau ne pas être versé ni dans la magie et encore moins dans les pratiques orientales, mais je suis sur que c'est cela.
Parce que j'ai lu depuis, je me suis documenté, le yoga est multiple et il n'y a pas que celui pratiqué par des mémères dans des gymnases pour conserver leur souplesse ou pour mincir. Il y a d'autres formes bien plus mystiques destinées à se connecter à l'univers et recourant à des pratiques moins connues. Bon, moi je suis tellement terre-à-terre que si je pratiquais cela, en fait de Kundalini, ce grand serpent terrible chargé d'énergie, serait plutôt un ver de terre ou un orvet. Mais chez certains, bien plus réceptifs, dont l'énergie psychique est redoutable, il semblerait que la possibilité existe de provoquer des modifications cérébrales.
Comment? Je n'en sais rien même si je suppose que cela doit se passer au niveau du gyrus cingulaire. Je ne suis pas neurologue alors je ne pourrais pas vous en dire beaucoup plus mais bon, sans doute que certaines pratiques agissent d'une manière inconnue sur la structure du cerveau créant parfois des effets dévastateurs, un peu comme si l'on s'auto-droguait tout seul comme un grand à coups de mantras. Remarquez, c'est moins cher que l'héro ou la MDMA mais les effets semblent terribles si j'en crois mon patient se disant habité par une présence depuis six mois. C'est le bad trip assuré pour pas un rond.
Alors comme mon patient n'avait absolument aucune confiance en sa psychiatre qui l'avait diagnostiqué schizophrène paranoïde à tort, il m'a demandé des adresses. Et dans mon réseau, j'avais fort heureusement deux psychiatres assez âgés mais suffisamment expérimentés pour ne pas faire de diagnostics au démonte-pneu et pour avoir connu absolument tout ce que l'esprit humain est capable de proposer comme trucs un peu fous.

Pour bien faire, il a consulté les deux. Les deux ont confirmé avoir déjà connu par le passé de jeunes abrutis autant fait joujou avec ces pratiques orientales et ayant eu les mêmes désagréments que mon patient. Le premier psychiatre a considéré que les neuroleptiques étaient inutiles et a recommandé une hospitalisation pour le sevrer et éventuellement trouver une autre molécule plus efficace. Mon patient est donc rentré à l'hôpital où on l'a juste gardé deux jours avant qu'il ne décide d'en partir parce qu'on voulait lui troquer ses neuroleptiques contre… d'autres neuroleptiques. Se jugeant toujours aussi incompris par un jeune psychiatre hospitalier qu'il ne jugeait pas très malin selon ses dires, il a signé une décharge et zou, dehors !
Il a donc préféré poursuivre avec le second psychiatre qui lui, ne préconise rien de spécial si ce n'est de retrouver une vie plus équilibrée et le cas échéant de traiter son anxiété durant quelques temps. Il lui recommandera aussi un spécialiste de ces questions afin d'agir au mieux.
Voilà, une bonne chose de réglée. C'est vraiment étonnant tout ça. C'est vraiment le dernier truc auquel j'aurais pensé. Mais que voulez-vous à l'instar de Sherlock Holmes, une fois qu'on a éliminé l'impossible, ce qui reste aussi improbable que ce soit doit être la vérité. C'est sans doute par là que pèchent bon nombre de praticiens qui veulent à tout prix faire cadrer un diagnostic avec leur représentation du monde.
Parce que si à moi, quelqu'un venait me parler de chakras et de kundalini ou de que sais-je encore, j'aurais du mal à la croire, tant je suis un pauvre mec ancré dans le sol. Mais que voulez-vous, ma pratique clinique m'a mise en contact avec tellement de gens différents de moi et pourtant crédibles que je reste persuadé que si j'ai une représentation du monde qui m'est propre, d'autres ont la leur tout aussi valable.
Bref, tout ceci pour vous dire que la prochaine fois que vous voudrez ouvrir vos chakras, faites gaffe, il y a des expériences parfois curieuses en ce bas monde !
« … un fait hors de l'ordinaire est plutôt un indice qu'un embarras. » — Arthur Conan Doyle, Une étude en rouge.

Les odeurs influencent les rêves

jeudi 9 octobre 2014, 10:08
L'émotion au réveil est conditionnée par les odeurs respirées la nuit pendant les rêves. C'est ce que révèle une nouvelle étude allemande présentée au meeting annuel de l'Académie Américaine d'otolaryngologie.
Vous vous êtes réveillé ce matin avec le sentiment que votre rêve était triste? Et si l'explication était à chercher du coté des odeurs qui vous entourent? Une petite étude allemande vient de montrer que ce que l'on sent en dormant conditionne nos rêves.
On savait déjà que certaines stimulations des sens, les sons ou les vibrations pouvaient influencer les rêves. Des chercheurs allemands de l'Université d'Heidelberg ont voulu connaître l'effet des odeurs sur 15 jeunes femmes en bonne santé.
Pendant que les participantes étaient en train de rêver, périodes identifiables grâce à la mesure du Mouvement Rapide des Yeux (MRY), les chercheurs leur ont fait inhaler des odeurs de rose ou d'œuf pourri. A leur réveil, les jeunes femmes ont évalué la qualité de leurs rêves grâce à un questionnaire. La notation allant de 0 pour "pas d'émotion particulière "à 3 pour" très forte émotion". Une note négative indiquait une émotion négative.
Résultat : "en stimulant l'odorat avec une odeur agréable, l'émotion du rêve au réveil est positive alors qu'avec une odeur nauséabonde, le rêve sera chargé en émotions négatives" affirme le Docteur Boris Stuck, professeur d'otorhinolaryngologie à l'Université d'Heidelberg et auteur principal de l'étude.
La difficulté principale de l'expérience a été de trouver la limite pour charger l'air en odeur: pas assez d'odeur, l'expérience peut être biaisée mais trop d'odeur, les participants peuvent se réveiller.
Cette étude pourrait être une première étape dans la recherche de moyens pour faire disparaître l'angoisse provoquée chez certaines personnes dans des lieux comme les hôpitaux ou les maisons de retraite…
Boris Stuck, M.D., professor, otorhinolaryngology, Heidelberg University, Germany; Pamela Dalton, Ph.D., sensory psychologist, Monell Chemical Senses Center, Philadelphia; Sept. 21, 2008, presentation, American Academy of Otolaryngology -- Head and Neck Surgery Foundation annual meeting, Chicago

Cerveau: une première expérience de télépathie réussie 

vendredi 5 septembre 2014, 11:22
Des chercheurs affirment avoir transmis pour la première fois un message mental simple entre deux personnes séparées par des milliers de kilomètres, selon un article publié dans la revue américaine PLOS one.
Pour cette expérience, un des sujets situé en Inde porte des électrodes sur la tête transmettant via internet ses activités cérébrales, comme un électroencéphalogramme, alors qu'il pense des messages très simples comme "bonjour" ou "salut".
L'ordinateur convertit ces impulsions électriques en code binaire (le langage machine), puis les envoie à un autre ordinateur qui les transmet au cerveau d'une autre personne en France sous forme de flash lumineux.
Le deuxième sujet ne pouvait ni entendre ni voir les mots eux-mêmes, mais a été capable d'interpréter les signaux lumineux pour saisir le message. En fait, cela revient à transmettre un message par télépathie. "Nous voulions voir s'il était possible de communiquer directement entre deux personnes en lisant les activités cérébrales de la première puis en les transmettant à une autre et ce sur de vastes distances via les systèmes de communication existants comme internet", a expliqué Alvaro Pascual-Leone, professeur de neurologie à la faculté de médecine de Harvard, co-auteur de cette expérience.
Bientôt des interfaces directes entre le cerveau et l'ordinateur
Des chercheurs de l'université de Barcelone et de la firme espagnole Starlab ainsi que de la société française Axilum Robotics ont également participé à cette recherche, parue dans PLOS One daté du 19 août. Selon ces scientifiques il s'agit d'un premier pas dans l'exploration d'autres moyens de communication. "Nous pensons que des interfaces directes courantes entre les ordinateurs et le cerveau humain seront possibles dans un avenir pas si éloigné, permettant une communication directe de cerveau à cerveau de façon routinière (...) et créant de nouvelles possibilités dans les relations sociales", concluent ces chercheurs. Parmi les applications potentielles, ils citent la possibilité de communiquer avec des personnes paralysées et incapables de parler après un accident vasculaire cérébral.
Les scientifiques travaillent depuis une dizaine d'années sur les communications télépathiques. En 2013, des neurobiologistes de l'Université Duke en Caroline du nord (est des Etats-Unis) étaient parvenus à faire transmettre par une forme de télépathie des informations entre deux rats. Comme ils sont tenus de le faire dans les grandes publications scientifiques, plusieurs auteurs signalent des conflits d'intérêt. Ainsi, trois des chercheurs sont salariés de la firme de robotique et de neurosciences Starlab, à Barcelone, qui a financé une partie de la recherche.
Cliquez pour agrandir l'image

Le cerveau classe lui-même ce qu'il doit mémoriser

lundi 11 août 2014, 11:28
Publié dans Sciences et technologies
Deux récentes études tendent à prouver que le cerveau gère automatiquement et inconsciemment le processus de mémorisation.
Jusqu'à ces deux études séparées et publiées dans les PNAS il y a quelques jours (voir les liens ici et ici), on croyait la capacité de mémorisation du cerveau humain illimitée ou presque sans qu'on n'ait jamais pu prouver cet a priori. On a en effet coutume de considérer qu'on est loin, très loin, d'utiliser la totalité des potentialités de notre cerveau et que par conséquent un meilleur apprentissage de nos capacités de mémorisation pourrait éventuellement décupler notre aptitude à emmagasiner des informations variées, utiles ou non. Or ces deux études montrent clairement qu'il n'en est rien et que le cerveau se comporte sans que l'on en soit conscient comme le disque dur d'un ordinateur.
Comparer le cerveau à un disque dur d'ordinateur n'est peut-être pas vraiment adapté mais au moins cela permet d'expliquer comment les choses se passent dans la réalité selon ces deux études. Quand on a atteint les limites de stockage d'un disque dur, on décide d'éliminer les fichiers qui ne sont plus que rarement utilisés pour libérer de l'espace de mémoire. Cette opération est faite délibérément.
Le cerveau fait un peu la même chose mais ce processus est totalement inconscient, et c'est ce qu'ont montré ces deux études.
Dans la première approche, 55 participants ont été soumis à un exercice de perception visuelle durant lequel ils voyaient défiler pendant moins d'une seconde des images montrant simultanément quatre photos. Quatre visages identiques, ou deux visages et deux paysages, ou encore quatre objets identiques ou deux objets et deux visages, tout en suivant l'activité cérébrale par imagerie fonctionnelle par résonance magnétique nucléaire (fMRI). Immédiatement après avoir visionné ces images, on demandait aux participants, toujours en cours d'examen par fMRI, de nommer les images ou les photos dont ils se souvenaient, c'est-à-dire celles que le cerveau avait mémorisé pendant l'exercice.
La perception visuelle est traitée par le cortex visuel situé à l'arrière du cerveau dans la région occipitale. Les informations sont stockées dans une autre partie du cerveau appelée le cortex occipito-temporal et dans des régions discrètes de ce dernier et séparées les unes des autres selon qu'il s'agit de photos de visages, de maisons, d'objets ou de paysages, c'est ce qu'a montré la fMRI. L'activation de ces différentes zones de mémorisation dépend, selon cette étude, de la nature des images soumises aux sujets en cours d'étude.
La mémorisation des visages est par exemple systématiquement plus efficace si, sur une image, il y a deux visages et deux paysages en comparaison d'une autre image avec seulement quatre visages. Le cortex visuel effectue donc un tri et envoie pour mémorisation une partie des informations que lui a envoyé la rétine. Toujours par fMRI, l'équipe de chercheurs de l'Université d'Harvard a ainsi montré que le cerveau effectuait de lui-même un classement des informations selon leur importance et les stockait dans des zones du cerveau différentes les unes des autres.
En quelque sorte, le cerveau s'arrange pour qu'il n'y ait pas "d'embouteillage "au niveau des circuits neuronaux reliant ces zones du cortex relativement éloignées les unes des autres en effectuant une sorte de tri totalement indépendant de notre volonté.
Dans une autre étude, effectuée cette fois à l'Université du Texas à Austin, l'approche était différente car la stimulation visuelle consistait à montrer des séries de trois photos, des objets, des paysages ou des visages, et à demander aux participants, après les deux premières photos, quelle était leur supposition quant à la nature de la photo suivante, par exemple un visage, après deux visages ou un objet après deux objets. Et parfois on montrait alors au sujet un paysage alors qu'il aurait souhaité voir un visage.
Le but du test était de faire en sorte que chaque sujet se soumette en réalité à un classement des photos qu'on lui montrait, le visage d'un homme ou d'une femme, ou encore une scène prise à l'extérieur ou à l'intérieur d'une maison. Dix minutes après avoir visionné ces groupes de 3 images successives, 144 illustrations au total soit 48 séries de trois photos, on soumettait les participants à l'étude à un test surprise en leur montrant à nouveau toutes les images qu'ils avaient visionnées précédemment dans un certain ordre, mais en introduisant au hasard dans la série 48 autres images qu'ils n'avaient jamais vues. On demandait alors à chaque sujet au cours de cette deuxième partie du test d'identifier les images dont ils se souvenaient et celles qu'ils n'avaient encore jamais vu en essayant simultanément d'établir une note concernant le degré de certitude de leur réponse.
Il faut se souvenir pour bien comprendre la signification du second test que lors de la première partie de l'investigation, les séries de trois images étaient ordonnées pour que les sujets de l'étude anticipent la nature de la troisième image qu'il leur était donnée de voir au cours du test. Comme on pouvait s'y attendre un peu, au cours du second test surprise les divers sujets soumis à l'étude arrivaient beaucoup moins bien à se souvenir des deux images qu'ils avaient déjà vu quand la troisième image était hors contexte, donc jamais vue auparavant.
Les chercheurs en ont déduit que le cerveau est loin de tout mémoriser de manière identique et effectue donc un classement suivant un certain ordre de priorité. Ce classement a également pour but d'alléger les interconnexions entre les zones du cortex cérébral et d'éviter ainsi un encombrement préjudiciable à la bonne qualité du processus de mémorisation mais également de mettre "à la corbeille "des informations jugées, de manière totalement inconsciente, "inutiles "afin de préserver un espace de mémorisation suffisant. Peut-être un début d'explication de l'oubli involontaire que l'on peut parfois constater et qui n'a rien à voir avec la perte de mémoire.
Aussi incroyable que cela puisse paraître, le cerveau gère donc automatiquement et inconsciemment le processus de mémorisation. Pour en revenir à la comparaison avec un ordinateur, ce serait un peu comme si on disait à ce dernier de trier tous les e-mails reçus dans la boite de courrier électronique automatiquement sans qu'on intervienne directement et de mettre à la corbeille tous les messages que l'ordinateur classerait de lui-même comme indésirables, la corbeille se vidant également automatiquement. Le cerveau est donc bien une incroyable machine à traiter les informations avec ses propres critères dont on est totalement inconscient!

Pourquoi le cerveau se souvient-il des rêves?

24 Mars 2005, 9:25
Dans une étude publiée dans la revue Neuropsychopharmacology, les chercheurs montrent que la jonction temporo-pariétale, un carrefour du traitement de l'information dans le cerveau, est plus active chez les grands rêveurs. Elle induirait une plus grande réactivité aux stimulations extérieures, faciliterait ainsi le réveil au cours du sommeil, ce qui favoriserait la mémorisation des rêves.
L'origine du rêve continue d'être un mystère pour les chercheurs qui étudient la différence entre les "grands rêveurs", qui parviennent à se souvenir de leurs rêves régulièrement, et les "petits rêveurs" pour lesquels cet événement est plus rare. En janvier 2013 (travaux publiés dans la revue Cérébral Cortex), l'équipe de Perrine Ruby, chargée de recherche à l'Inserm et ses collaborateurs du centre de recherche en neurosciences de Lyon, ont réalisé deux constats : les "grands rêveurs" comptabilisent 2 fois plus de phases de réveil pendant le sommeil que les "petits rêveurs" et leur cerveau est plus réactif aux stimuli de l'environnement. Cette sensibilité expliquerait une augmentation des éveils au cours de la nuit et permettrait ainsi une meilleure mémorisation des rêves lors de cette brève phase d'éveil. Dans cette nouvelle étude, l'équipe de recherche a cherché quelles régions du cerveau différencient les grands des petits rêveurs en mesurant l'activité cérébrale spontanée en Tomographie par Emission de Positons (TEP) à l'éveil et pendant le sommeil chez 41 rêveurs volontaires.
Les volontaires ont été classés en 2 groupes : 21 "grands rêveurs" se souvenant de leur rêve en moyenne 5.2 fois par semaine et 20 "petits rêveurs" rapportant en moyenne 2 rêves par mois. Les chercheurs ont mesuré avec le scanner TEP l'activité cérébrale des grands et petits rêveurs pendant l'éveil et pendant le sommeil.
Les résultats révèlent que les grands rêveurs présentent une activité cérébrale spontanée plus forte pendant leur sommeil au niveau du cortex préfrontal médian (MPFC) et de la jonction temporo-pariétale (JTP), une zone cérébrale impliquée dans l'orientation de l'attention vers les stimuli extérieurs.
"Cela explique pourquoi les grands rêveurs réagissent plus aux stimuli de l'environnement et se réveillent plus au cours de leur sommeil que les petits rêveurs, et ainsi pourquoi ils mémorisent mieux leurs rêves. En effet le cerveau endormi n'est pas capable de mémoriser une nouvelle information en mémoire, il a besoin de se réveiller pour pouvoir faire ça" explique Perrine Ruby, chargée de recherche à l'Inserm.
Le neuropsychologue sud-africain Mark Solms avait remarqué dans de précédents travaux que des lésions de ces deux zones conduisaient à une cessation des souvenirs de rêves. "Ces résultats montrent que les grands et petits rêveurs se différencient en terme de mémorisation du rêve mais n'exclut pas qu'ils se différencient également en terme de production de rêve. En effet, il est possible que les grands rêveurs produisent une plus grande quantité de rêve" conclut l'équipe de recherche.
Sources
Resting brain activity varies with dream recall frequency between subjects Jean-Baptiste Eichenlaub1,2, Alain Nicolas3, Jérôme Daltrozzo1,2, Jérôme Redouté4, Nicolas Costes4, Perrine Ruby1,2
1 CRNL - Lyon Neuroscience Research Center, INSERM, CNRS, Brain Dynamics and Cognition Team, Lyon, F-69000, France.
2 University Claude Bernard Lyon 1, Lyon, F-69000, France.
3 Unité d'Exploration Hypnologique, CH le Vinatier, Lyon, F-69000, France.
4 CERMEP-Imagerie du Vivant, Lyon, F-69000, France.
Neuropsychopharmacology

Le syndrome de la tête qui explose

dimanche 11 mai 2014, 13:08
Au moment de s'endormir, certaines personnes entendent des coups de feu, des explosions ou des cris. Pourtant rien de tout cela n'est réel
Le syndrome de la tête qui explose… Avec un nom pareil, on s'attend à une pathologie particulièrement douloureuse. Mais non. En réalité, elle est bénigne et même indolore.
C'est une parasomnie: un trouble du sommeil qui survient lors de la transition veille/sommeil. Les personnes atteintes du syndrome de la tête qui explose souffrent d'hallucinations sonores ou même visuelles qui les réveillent. Elles entendent des bruits assourdissants et/ou peuvent être éblouies. Des phénomènes qui provoquent peur, stress et confusion. "Les personnes atteintes de ce trouble sont terrifiées car ce sont des expériences très intenses", confirme au Figaro le Dr Brian Shapless, professeur de psychologie à l'Université de l'état de Washington (États-Unis) et auteur d'une étude sur ce syndrome, publiée dans la revue Sleep Medicine Reviews.
Des événements surprenants
Face à ces bruits de porte qui claque, de feux d'artifices ou de fusillades, "certaines personnes évitent le moment du coucher ou même leur chambre, d'autres pensent qu'ils deviennent fou ou qu'ils font des attaques", affirme le psychologue.
Ces événements peuvent aussi engendrer des situations qui font sourire: "Un homme entendait une grosse explosion dans sa tête tous les soirs. En pensant que c'était les voisins qui claquaient la porte de l'ascenseur, il a écrit un mot mais les bruits ont continué. Après s'être disputé avec tous ses voisins, l'homme est parti à la campagne et là encore il a entendu les explosions", raconte au Figaro  le Pr Isabelle Arnulf, neurologue et directrice de l'unité des pathologies du sommeil à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière.
Toutefois, "ces phénomènes peuvent être le signe d'épilepsie ou être simplement des hallucinations, mais dans tous les cas il faut consulter", insiste la spécialiste.
Méconnue depuis plus d'un siècle
Bien que le syndrome de la tête qui explose ait été décrit il y a un siècle environ, les connaissances sont limitées car ce trouble est rare et les cas recensés sont tous différents. On ne sait pas qui des hommes ou des femmes, des jeunes ou des plus âgés sont les plus touchés. "Il n'y pas de profil type pour le syndrome de la tête qui explose", affirme le Pr Isabelle Arnulf.
Par ailleurs, les causes de cette parasomnie sont également inconnues. Des études évoquent le stress ou l'anxiété sans toutefois être catégoriques. Un constat qui a poussé le Dr Brian Shapless à "développer un questionnaire d'évaluation et collecter des données sur ce phénomène".
Et en matière de traitement, là encore le doute persiste. Des études montrent l'effet bénéfique de certains antidépresseurs mais la méditation ou la relaxation sont aussi efficaces. "Expliquer aux patients que c'est bénin suffit à le rassurer et à faire passer les hallucinations", concluent les deux spécialistes.

Ceux qui croient qu'ils ne rêvent pas

jeudi 13 février 2014, 10:26
Certaines personnes se souviennent de leurs rêves tous les matins et peuvent les raconter, voire les analyser ou les faire interpréter, alors que d'autres ne les mémorisent que rarement. L'équipe de Perrine Ruby*, chargée de recherche Inserm à Lyon, a étudié l'activité cérébrale des personnes en train de dormir, afin de comprendre ce qui différencie ces individus.
En janvier 2013 Perrine Ruby et ses collaborateurs avaient déjà publié dans la revue spécialisée Cérébral Cortex deux constats majeurs: les "grands rêveurs" comptabilisent deux fois plus de phases de réveil pendant le sommeil que les "petits rêveurs" et leur cerveau est plus réactif aux stimuli de l'environnement. Cette sensibilité expliquerait une augmentation des éveils au cours de la nuit et permettrait ainsi une meilleure mémorisation des rêves lors de cette brève phase d'éveil.
Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Neuropharmacology, l'équipe de scientifiques a cherché à identifier les régions du cerveau qui différencient les grands et les petits rêveurs. Pour cela, elle a mesuré l'activité cérébrale spontanée en tomographie par émission de positons (TEP) à l'éveil et pendant le sommeil chez 41 volontaires. Ces derniers ont été classés en deux groupes : 21 "grands rêveurs", qui se souvenaient de leurs songes moyenne 5,2 fois par semaine et 20 "petits rêveurs" capables de raconter seulement deux rêves par mois en moyenne.
Selon les résultats obtenus avec cet examen, les grands rêveurs ont une activité cérébrale spontanée plus forte pendant leur sommeil au niveau du cortex préfrontal médian et de la jonction temporo-pariétale, une zone cérébrale impliquée dans l'orientation de l'attention vers les stimuli extérieurs. "Cela explique pourquoi les grands rêveurs réagissent plus aux stimuli de l'environnement et se réveillent plus au cours de leur sommeil que les petits rêveurs, et ainsi pourquoi ils mémorisent mieux leurs rêves", explique Perrine Ruby. "En effet le cerveau endormi n'est pas capable de mémoriser une nouvelle information, il a besoin de se réveiller pour pouvoir le faire."
Le neuro-psychologue sud-africain Mark Solms avait déjà remarqué, dans de précédents travaux, que l'apparition de lésions sur ces deux zones conduisaient à une cessation des souvenirs de rêves. "Ces résultats montrent que les grands et petits rêveurs se différencient en terme de mémorisation du rêve, mais cela n'exclut pas qu'ils se différencient également en termes de production de rêve. En effet, il est possible que les grands rêveurs en fabriquent une plus grande quantité", conclut l'équipe de recherche. Bref, les songes n'ont pas encore totalement livré leur clé.
* U1028 Centre de recherche en neurosciences de Lyon (Inserm / CNRS / Université Claude Bernard Lyon 1) - équipe "dynamique cérébrale et cognition"

Cliquez pour agrandir l'image
Blog


Copyright © 2011. Tous droits réservés.
www.tradi-cuisine.com
www.editions-josyanejoyce.com
www.josyanejoyce.com
www.nos18ansenmai68.com
www.biotine-sep.com
www.sexytoys-joyce.com

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
Réalisé par Josyane JOYCE
Mentions Légales
www.legende-des-siecles.com
www.joyce-voyance.com